• Chapitre 11

    Chapitre 11 : Bonne surprise

    Chapitre 11

     

    *6 h40 : Driiiiinnggg !!!*

      Je me levai la tête dans le cul, comme d’hab, et fis tout ce que j’avais à faire. Vers 7 h40, je partis prendre mon bus toujours vidée d’énergie. Mon car était comme à son habitude, bruyant, cette fois-ci j’avais emporté mon mp3 donc je me plongeai dans la musique. J’arrivai au collège quelques minutes avant la sonnerie, je fis un bisou aux filles qui souriaient en me regardant bizarrement.

    *8 h20 : Driiiiinnggg !!!*

      Vive l’anglais !

    *9 h15 : Driiiiinnggg !!!*

      Et c’est parti pour une heure barbante de français !

    *10 h10 : Driiiiinnggg !!!*

      Enfin la récré, youpi ! Je courus dehors.

    -YOOOOOUUUUUPPPPPIIIII !!!! hurlais-je.

    -Euh…tu es très discrète là ! me chuchota Oriane.

    -Laisse tombée, elle connait pas la discrétion ! soupira Colynn.

    -Mais si je connais, regarde je chuchote. criais-je.

    -N’empêche qu’on t’entend à l’autre bout de la cours ! balança Blandine.

    -Méeuh… c’est pas vréé !! boudais-je.

    -Euh, excusez-moi ! interpella quelqu’un.

    -Ah oui, c’est vrai on t’avais zappé ! annonça Nolwenn.

    -Super c’est sympa ! répondit la voix.

    -Capucine, quelqu’un désire te parler ! déclara Marine.

    -Ah bon… m’étonnai en me retournant pour découvrir Jules.

    -Oui ! rougit-il.

    -Ah excuse-moi ! Tu voulais…dis-je en rougissant également.

    -C’est pas grave ! Je voulais te demander… commença-t-il.

    -Vas-y on te soutient ! essaya de chuchoter Anna.

    -Je sais que tu ne voulais pas mais est-ce que… respira-t-il. Est-ce que tu voudrais aller au bal avec moi ?

    -Bah…euh…j’aimerais bien mais…je ne peux pas, je n’ai aucune robe et puis je vais me faire harceler ! balbutiais-je.

    -Pour la robe, t’inquiète, on peut s’arranger ! s’exclama Klervi.

    -Et on est là pour te défendre si besoin… expliqua Marine.

    -Je pourrais te protéger ! dévoila Jules.

    -Mais… commençais-je.

    -Il n’y pas de « mais » , dit oui simplement ! m’ordonna Colynn.

    -Je veux bien mais… soupirais-je. Bon ok ! capitlais-je en voyant les gros yeux des filles.

    -Super ! s’enthousiasma Jules en me faisant tournoyer. Tu es la cavalière la plus merveilleuse du monde !

      Il se rendit compte de ce qu’il venait de dire et devint tout rouge. Je riais aux éclats en voyant sa tête.

    -Toi aussi, tu es le cavalier le plus merveilleux !  gloussais-je.

      Nous rîmes puis il partit tout gêné, inquiète, je demandai aux filles

    -Mais, mais…

    -T’inquiète pas, on a tout prévu, cette après-midi avec nos mères et la tienne pour acheter nos robes ; me rassura Colynn.

    -Ta mère est prévenue, je l’ai appelée hier soir ! divulgua Nolwenn.

    -Ah, c’était ça le coup de fil ! réfléchis-je.

    -Oui ! confirma Marine.

    -Je suis tellement contente, vous en faîtes trop !! m’exclamais-je

    -C’est normal, on t’a fait tellement souffrir ! annonça Oriane

      Je leur sautai au cou tellement j’étais contente

    -Merciiiii !! les remerciais-je

    *10h25 : Driiiiinnggg !!!*

      La joie retomba dès que la sonnerie retentit, nous retournâmes à nos classes, moi heureuse mais les autres lassées des cours.

    *11h20 : Driiiiinnggg !!!*

      En attendant monsieur Bertho, je demandai à Oriane.

    -Je mange chez moi ou on mange ensemble ?

    -Tu manges chez toi et on se retrouve à 14h00 chez Marine et Nolwenn ; répondit-elle.

    -Oki doki ! acquiesçais-je.

      Le prof entra et le cours commença.

    *12h15 : Driiiiiinnggg !!!*

      Pfiou. Fini !! Je descendis avec Oriane et rejoignis les filles toutes excitées ! Merde, mon bus est déjà là, je fis un bisou aux filles et montai dedans.

    *12h45*

      Enfin à la maison, il y a que là que je le sentais bien ! Je rentrai et hurlai sur maman.

    -MAMAN !!! Pourquoi tu ne m’as rien dit !!!

    -Parce que sinon ça n’aurait pas été une surprise ; me répondit-elle.

    -MERCI !! dis-je en lui sautant au cou.

    -De rien, c’est normal ; conclut-elle avec modestie.

      Je m’écartai et filai dans ma chambre poser mes affaires puis je redescendis manger. Lorsque le repas fut terminé, il était 13h00, une heure avant le départ ! Pour faire passer le temps, je fis diverses activités.

    *13h45*

    -Caaaaappppuuuuuccciiiiinnnneee !!!!! On y va ! cria maman.

    -D’accord j’arrive ! opinais-je.

      Je descendis à fond les caisses rejoindre maman. Puis nous partîmes chez Marine et Nolwenn, arrivés chez elles, nous reppartîmes vers Saint-Nazaire. Première mission, les robes, donc premier arrêt, magasin de robes. Nous entrâmes toutes ensembles.

    -Ouah !! soufflais-je.

    -Ouais comme tu dis ! balança Colynn.

    -On commence par où ? demanda Marine.

    -Par tout ! Let’s go ! s’exclama Nolwenn, les yeux pétillants.

      Chacune d’entre nous se dirigea, avec leurs mères, vers des rayons différents, après beaucoup d’essayages, nous trouvâmes notre bonheur. Nolwenn trouva une jolie robe rose pâle drapée longue avec une ceinture de perle. Marine, elle enfila une robe violette très bouffante avec des fleurs en perles sur le haut du corps. Colynn prit une magnifique robe verte pomme également bouffante, Klervi une rouge brodée de fleurs et Oriane, une orange qui suivait les lignes de son corps. Blandine choisit une bleu marine style velours, Anna une sobre turquoise et moi une volumineuse bleu ciel (tenues soirée). Les filles étaient toutes plus belles les unes que les autres.

    -Vous êtes magnifiques ! dis-je.

    -Merci toi aussi ! me remercia Nolwenn.

    -Merci ! rougis-je.

    -Bon allez les filles, vous vous changez et on va choisir vos chaussures ! annonça Nadine, la mère des jumelles.

    -Ouiii ! répondîmes toutes en même temps.

      Nous nous changeâmes et partîmes vers le magasin de chaussures. Dans ce dernier, nous achetâmes nos souliers, de la même couleur de nos robes puis nous allions au magasin d’accessoires acheter de jolis bijoux. Ensuite, nous rentrâmes chez nous pour nous préparer.

    -Merci maman ! remerciai-je.

    -De rien, mais il faut te préparer maintenant ! confia ma mère.

    -Oui ! affirmais-je

    *Temps de la préparation + Temps du repas = 20h45*

      J’étais prête et toute excitée d’aller à ce bal, mon père entra dans la pièce pour me dire quelque chose mais il resta la bouche ouverte à gober les mouches.

    -Euh…oui ? intervenais-je.

    -Euh, tu es… « ouah ! » ! souffla-t-il. Bon, on y va !

    -Yep ! Merci ! dis-je en passant lui faire un bisou.

    *15 minutes plus tard*

      Nous descendîmes de la voiture, les filles arrivèrent en même temps. Ça y est ! C’est enfin le jour J !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :